• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    mars 2010
    L M M J V S D
    « Fév   Avr »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,172 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

La commissaire n’aime point les vers

« La commissaire n’aime point les vers »

Critique dans le cadre d’un partenariat sur le site Livraddict

De Georges Flipo

Editeur : La Table Ronde

Nombre de pages : 297

Quatrième de couverture :

La commissaire Viviane Lancier n’est pas du genre poète, mais la voici condamnée à se passionner pour Baudelaire : un sonnet torride dont il serait l’auteur se transforme en serial killer, envoyant à la morgue ceux qui s’y intéressent. Flanquée de son ingénu lieutenant, Viviane Lancier plonge dans une enquête où semblent la narguer les morts, les survivants et même les revenants.

Commentaires:

Avant toute chose, je me devais d’annoncer la phrase suivante : j’ai aimé le livre. Pourquoi attendre les dernières lignes, les bas-fonds d’une petite critique pour clamer haut et fort son sentiment de lecteur ? Aucun intérêt – A moins que je ne le fasse au moyen d’une sorte d’intrigue policière, où je disperserais quelques indices par-ci, par-là … Non, la commissaire veille au grain et elle déteste la littérature. Ce sera donc pour une prochaine fois …

« Commissaire Viviane Lancier. 3eme Division de la Police Judiciaire, Paris. » Autant le dire tout de suite : ça en jette. Une petite pancarte peut avoir du pouvoir, et celle-là en particulier, accrochée à sa porte de bureau. Viviane. Une femme dont les barres glacées, les opercules de yaourts zéro % et les quelques soi-disant rondeurs ponctuent allègrement le récit. Une femme dont la psychologie est d’un réalisme saisissant. Georges Flipo parvient à s’introduire dans son corps, et à penser à sa manière. La première distance franchie, établie par son aura de chef, on s’y attache à ce personnage, on le comprend. Tenaillée entre son célibat, son récent divorce, la presse qui la presse, l’étouffe, l’épie, et son jeune lieutenant; elle hésite, elle perd pied, mais sans jamais se laisser démonter. Une femme forte qui n’aurait jamais cru qu’une petite affaire comme celle-là puisse l’emmener si loin …

Pascal Mesneux, un homme qui avait tout perdu et traînait dans la rue, seul, a été assassiné. On lui a volé son sac. Étrange. Pourquoi volerait-on un sac à un SDF ? Première Énigme. De plus, la victime ressemble à Victor Hugo et disait qu’il allait à l’Académie Française. Le meurtre tourne au vinaigre, la commissaire voit rouge. Non seulement, elle écope d’un lieutenant sorti de lettres modernes, mais en plus elle doit s’occuper de Victor Hugo, de l’Académie et de Baudelaire. Car oui, toute l’intrigue reposera sur un sonnet – peut-être – de Baudelaire. Un sonnet dont les vers résonnent outre-tombe. Malédiction. On y touche, on meurt. On l’étudie, la Faucheuse pointe le bout de sa faux. Les fils s’emmêlent, les mots se brouillent… Le compte à rebours est lancé …

Un policier littéraire. Voilà comment l’auteur nous décrit parfaitement son livre, où chaque mot a son importance. Que ce soit à la lecture du sonnet, ou devant les caméras des journalistes, un son, un mot ou une phrase peut avoir de lourdes conséquences. Médiatiques ou névralgiques. Les nerfs se tendent, les caméras se braquent sur le visage, où la faiblesse de l’homme se lisent sur les traits. Et parlons des mots de l’auteur. Une écriture très réaliste, très vivifiante, très limpide, pleine d’humour. On suit cette affaire comme si elle nous était proche, connue, familière. La commissaire n’aime point les vers. Pour notre plus grand bonheur …

Mon appréciation : 16/20

Publicités

8 Réponses

  1. il est dans ma wish list celui là !!

  2. Super critique, c’est la 1ere fois que je viens sur ton blog mais je vais le mettre dans ms favoris.
    Dans ma Wishlist, de Georges Flipo, j’ai le film va faire un malheur. Inutile de te dire que celui-ci le rejoint

  3. Quel joli billet !! J’ai beaucoup aimé ce livre moi aussi, que j’ai également chroniqué… J’investirai dans le prochain livre de Flipo sans hésiter !

  4. Merci pour vos commentaires !

    A Anneso : J’espère que tu passera un aussi bon moment que moi pendant la lecture 🙂

    A lagrandestef : Merci beaucoup ! Moi aussi je vais découvrir ton blog. En tout cas, je suis aussi curieux de découvrir d’autres Georges Flipo après avoir lu celui-ci …

    A flof13 : Merci à toi aussi. Je vais voir ta critique de ce pas 🙂 Moi aussi, pas de souci, le prochain Commissaire sera dans ma PAL !

  5. Tu confirmes les bonnes critiques lues sur ce livre.

  6. Bonjour, comme je l’ai écrit à l’auteur, le roman aurait fait 100 pages de moins et Viviance Lancier m’aurait moins énervée avec ses régimes et sa misogynie, j’aurais vraiment beaucoup aimé ce roman. A part ça, c’est très bien écrit. Bonne après-midi.

  7. Merci pour vos commentaires véro et dasola 🙂

  8. j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre là

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :