• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    février 2010
    L M M J V S D
    « Jan   Mar »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,180 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

Fantômes d’hiver

« Fantômes d’hiver »

Critique dans le cadre d’un partenariat sur le site Livraddict

De Kate Mosse

Editeur : JC Lattès

Nombre de pages : 256

Quatrième de couverture :

La Grande Guerre a anéanti une génération tout entière, fauchée à la fleur de l’âge… Dans le cas de Freddie Watson, un jeune Anglais du Sussex, elle lui a pris son frère bien-aimé et, ce faisant, lui a volé la paix de l’esprit. Hanté par cette disparition, il erre sans savoir comment échapper à cette douleur qui le paralyse. Durant l’hiver 1928, Freddie voyage dans le sud-ouest de la France, une autre région qui a vu couler trop de sang au cours des siècles, quand sa voiture quitte la route. Encore sous le choc, il s’enfonce en chancelant dans les bois et trouve refuge dans un village isolé. Là, lors d’une étrange soirée, il rencontre Fabrissa, une belle jeune femme qui pleure elle aussi une génération perdue. Au cours d’une seule et même nuit, Fabrissa et Freddie se confient mutuellement leur histoire. Le lendemain, Freddie se retrouvera devant un mystère déchirant dont lui seul détient la clé.

Commentaires :

Le titre n’a d’égal que la couverture du livre. Fantômes d’hiver. Une fraîcheur glacée et angoissante qui s’abat sur le lecteur, dont la silhouette du visage se reflète légèrement dans la première page miroitante. Le manque de temps me faisait sans cesse obstacle, et ce livre, à la fois attirant et  troublant, trônait comme une ombre sur ma table. Comme un fantôme presque, serais-je tenté de dire. Tantôt présent, tantôt absent, je fuyais le livre et le livre me fuyait. Jusqu’à ce que j’en commence la première page.

Autant le dire d’emblée, c’est un récit auquel je ne m’attendais pas. Un récit tremblant à la manière d’un funambule, sur la frontière du fantastique. Freddie Watson, ce jeune anglais dont la Mort a marqué la Vie. Touchant destin. Son frère qu’il aimait par-dessus tout est mort à la guerre. Son corps a disparu, de la Terre sans-doute, tombé dans l’anonymat. Freddie ne vit plus, il souffre. Bloqué entre le passé, ce passé si heureux aux côtés de son frère, et l’avenir qui n’a plus raison d’être.

Freddie erre, tourmenté. Du Sussex en Angleterre, sa terre natale, il se rend dans le sud-ouest de la France. Cadre insolite, autant pour le lecteur que pour un jeune anglais en peine. C’est pourtant là que Freddie se rend, comme s’il avait ressenti un appel. Appel qui se terminera en un accident de voiture. Si bref, si tentant. Le précipice, sur ce long sentier sinueux, lui tendait les mains. Sa voiture s’emballe, il lâche le volant. « Aucune terreur, surtout, aucune douleur. Juste une libération ». C’est enfin le moment tant attendu. Retrouver son frère, mettre fin à sa souffrance. Juste une marche encore, le séparait du Paradis. S’il n’y avait pas eu les rochers, où l’Austin vint s’écraser de plein fouet. Ses rochers l’ont sauvé, en quelque sorte. Du moins, d’un point de vue strictement médical. Il se réveille et marche. Dans un froid mordant, ses pas le mènent vers le petit village de Néans, futur théâtre d’évènements étranges et glaçants. Drôle de nom tout de même. A une lettre près, le village ne serait que Chaos et Vide.

Et de voix, des murmures. Le vent siffle à son oreille des mots, mélodieux, et angoissants. La vallée résonne. Qu’est-ce ? La nuit à Néans apportera ses réponses. Tout comme son réveil, sa découverte, son voyage dans les entrailles de la Terre. Je ne pourrais en dire plus, car je casserai à n’en pas douter toute une dimension du livre. Dimension faite de questionnement, de non-dits, de pleurs. En tout cas pourrais-je affirmer que ce livre, en plus de m’avoir intrigué, m’a plu. Un livre auquel on revient sans doute, durant sa vie. Lorsque l’on aura traversé différentes choses, peut-être qu’on le lira autrement. Que ce soit pour regretter le passé ou célébrer l’avenir, ce fantôme me hantera encore quelque temps …

Mon appréciation : 16/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :