• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    mars 2010
    L M M J V S D
    « Fév   Avr »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,172 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

Le Chien des Baskerville

« Le Chien des Baskerville »

De Conan Doyle

Éditeur : Le Livre de Poche

Nombre de pages :185

Quatrième de couverture :

Une malédiction pèse sur les Baskerville, qui habitent le vieux manoir de leurs ancêtres, perdu au milieu d’une lande sauvage : quand un chien-démon, une bête immonde, gigantesque, surgit, c’est la mort. Le décès subit et tragique de Sir Charles Baskerville et les hurlements lugubres que l’on entend parfois venant du marais, le grand bourbier de Grimpen, accréditent d’une façon saisissante la sinistre légende. Dès son arrivée à Londres, venant du Canada, Sir Henry Baskerville, seul héritier de Sir Charles, reçoit une lettre anonyme :  » Si vous tenez à votre vie et à votre raison, éloignez-vous de la lande.  » Malgré ces menaces, Sir Henry décide de se rendre à Baskerville Hall. Consulté, Sherlock Holmes charge son fidèle Watson de l’accompagner.

Commentaires :

Quoi de plus intéressant que de lire et de découvrir l’un des plus célèbres romans de Sir Arthur Conan Doyle, mettant en scène son non-moins notoire détective – j’ai nommé Mr. Sherlock Holmes, alors campé (et avec brio il faut le dire) par Robert Downey Jr. dans les salles obscures. Et oui : c’est Le Chien des Baskerville qui, par ses hurlements angoissants, a occupé mes nuits … Tout à coup, une masse sombre se déplace devant moi, en vitesse. Angoisse. Peur. Voilà qu’une truffe humide vient se coller dans ma nuque. Et cette respiration qui n’a rien d’humain. Le souffle chaud me glace le sang. Je me retourne … : plus rien. Évidemment, ce n’était qu’un rêve. Ou peut-être pas…

Malédiction. Voici le maître mot de l’histoire. Elle marque la famille Baskerville depuis un terrible évènement. Il semblerait qu’une bête en veuille aux membres malheureux de cette famille, qui osent fouler la lande désolée du Devonshire. Quelle est cette chose démoniaque ? Les témoignages se rejoignent : c’est un monstre. Un chien énorme, tout droit sorti des Enfers. Cerbère a défait ses chaînes … Des flammes, des hurlements horribles, des empreintes inconnues. La Raison n’est plus raisonnable dans cette affaire. Avant que le dernier Baskerville, Henry, propose à Sherlock Holmes de la résoudre. Avec des méthodes plus ou moins originales…

C’est en effet au travers des mémoires de son assistant, le cher docteur Watson, que nous suivons l’enquête et ses mystères – Le détective est retenu à Londres, clientèle oblige – Il discute, cherche, s’interroge. Les personnages s’entremêlent, leurs relations sont plus proches qu’il n’y paraît. Les domestiques, les voisins, les femmes aimantes, le Chien … Tout s’enchaîne sans aucune compréhension. Et par-dessus le marché, un criminel s’est échappé de prison et son ombre plane sur le Bourbier. Certaines défont leurs chaînes tandis que d’autres les forgent, impuissants, formant un nœud que seul Holmes peut briser. Mais il est à des centaines de kilomètres, et il ne répond plus aux missives de Watson. A moins que …

Une très bonne lecture. Un sentiment que la figure sympathique du détective m’empêche de nuancer, par peut-être, la découverte du coupable un peu trop tôt. Mais le roman (et son intrigue) est comme le Bourbier. Impénétrable, à moins qu’on en connaisse les ficelles. Et dangereux : on s’y aventure, on peut difficilement le quitter avant que la dernière page nous tende sa main salvatrice. Sauvé d’une noyade plaisante, du début à la fin. Boire la tasse n’a jamais paru aussi agréable… Si ce n’est cette bête qui rôde depuis dans ma maison. Et voilà que je la sens de nouveau : … elle s’approche, et … Soulagement. Ce n’était rien finalement. Ce n’était que mon chien. A moins que…

Mon appréciation : 15/20

Publicités

11 Réponses

  1. J’aime beaucoup la couverture!

  2. je l’ai lu et j’ai beaucoup aimé !

    • @ Pauline : Très belle couverture, effectivement 🙂

      @ Anneso : Alors nous sommes deux, au moins, à avoir apprécié ! Quel bon moments nous passons en compagnie de Holmes et Watson …

      Merci à toutes les deux pour vos commentaires 🙂

  3. Très amusant et intéressant, ton commentaire ^^!! J’ai honte : je n’ai jamais lu cet ouvrage… !! Par contre ton commentaire me fait repenser à une vidéo sur youtube, où l’on voit un montage avec des extraits vidéos de Sherlock Holmes sur la chanson « Je me sens si seul » de Marc Lavoine xD… oups le hors sujet, j’ai un peu glissé là ^^ lol !! @ bientôt =)

    • Merci beaucoup Jennifer ! Il n’est jamais trop tard pour le lire 🙂
      Tiens, faudrait que j’aille jeter un coup d’œil à cette vidéo … ^^

  4. Merci pour cet excellent commentaire ! J’ai adoré ce roman. C’est une de mes enquêtes préférées de Sherlock Holmes!

  5. Toute mon adolescence !

  6. =)

  7. Une plume très sympathique pour un chef-d’oeuvre de la littérature anglaise. Cela me fait prendre conscience que Conan Doyle manque encore à l’appel parmi mes propres critiques. Syndrome du Lapin blanc.

  8. Merci Naïra pour ton commentaire. J’espère vivement que le syndrome du lapin blanc (et chapeau noir) sera vite supplanté par celui du chien bleu (des baskerville) =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :