• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    juillet 2011
    L M M J V S D
    « Juin   Août »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,172 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

Vous êtes nés à la bonne époque

Vous êtes nés à la bonne époque

De Matthieu Jung

Critique dans le cadre d’un partenariat avec Libfly, la librairie Furet du Nord et les Editions Stock. Merci beaucoup !

Editeur : Stock

Nombre de pages : 221 (épreuve)

Quatrième de couverture :

À quarante-deux ans, Nathalie Dumont habite, dans le quartier de la Bastille, un superbe et vaste appartement que son insolente réussite professionnelle lui a permis de s’acheter. Elle est la mère comblée d’une jeune femme de vingt-deux ans, Charlotte. En ce début d’automne 2009, Nathalie traverse pourtant la plus grave crise de son existence. Charlotte a largué les amarres vers la Californie pour mettre ses compétences au service de la juteuse économie verte. Après avoir découvert qu’il la trompait, Nathalie vient en plus de congédier Alain, l’homme qui partageait sa vie depuis six années. La rupture est d’autant plus douloureuse que Nathalie espérait concevoir avec lui ce deuxième enfant qu’elle désire avec une ardeur intacte, malgré les années qui passent. Lors d’un vernissage, elle croise le regard d’Arno – Arno Genic. Il la subjugue d’emblée. Il a vingt ans, il expose ses premières toiles. Entre petits boulots et crise du logement, il s’escrime pour vivre de son art. Il ne prête, ce soir-là, aucune attention à la nuée d’admiratrices branchées qui gravitent autour de lui, car il n’a d’yeux que pour Nathalie. Ils se revoient, ils se plaisent. Nathalie lutte, au début, contre ce coup de foudre mutuel. Seulement, chaque heure passée avec lui est pour elle un ravissement. Dans sa vie chamboulée, rien ne console Nathalie comme les conversations qu’elle entretient avec celui qui ne tardera plus à devenir son amant. La bonté intrinsèque du jeune homme, son intelligence étincelante, son humour hors du commun la bouleversent. Au-delà des mots, quelque chose les lie, de l’ordre de la sensation pure ; une intimité spontanée, qui tire sa source d’obscures réminiscences, surgies d’un passé englouti, aux confins de leurs âmes… Quelle force irrépressible les attire donc l’un vers l’autre ?

Critique :

« J’ai suffisamment fréquenté les divans pour savoir que, depuis mon réveil, j’avais lambiné en avalant mon müesli delayé dans un Sveltesse à O% traînassé sous ma douche puis fignolé mon maquillage parce que la perspective d’assister au mariage de Lucas ne me réjouissait pas outre mesure – pour emprunter à ma grand mère son euphémisme de prédilection. » Ouf, fin de la première phrase.

Une vague impression de déjà-vu, de vu et revu m’enveloppait alors que je commençais à lire les premières pages. Le müesli, le Sveltesse à O% et le mariage, un cocktail explosif que l’on retrouve, aujourd’hui, dans nombre de romans de rencontre amoureuse. Une femme à la personnalité forte, qui domine la situation jusqu’à ce qu’elle tombe – par hasard – sur un illustre inconnu qui va faire chavirer son coeur et ses principes austères. Et voilà, l’histoire n’a pas commencé et pourtant, on en connaît le chemin et l’aboutissant. Je ne me suis pas trompé, « Vous êtes nés àla bonne époque » ne déroge pas à la règle. Tout y est.

Nathalie, superbe réussite professionnelle. Superbe réussite dans la vie. Jusqu’à ce que son unique fille s’envole vers les USA, qu’elle rompe avec son homme à cause d’un adultère et que, par là, l’espoir qu’elle avait d’avoir un second enfant, s’envole avec lui. Mais Nathalie est fort. Pas le genre à s’apitoyer sur son sort. Non, et la vie va lui sourire, sous l’apparence d’un jeune artiste, jeune, beaucoup plus jeune qu’elle. Mais l’amour est bien plus fort… Tout s’emballe, ils sont ensemble, vivent un parfait amour, jusqu’à ce que les vieux principes de Nathalie remontent à la surface et lui fasse penser qu’à cause d’elle, il ne vivra pas sa vie pleinement. Alors on rompt par mail, et d’autres rencontres etc … Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Un conte moderne. Cependant, employer le substantif « conte » ici sous-entendrait « originalité; fantaisie; fantastique », hors, malheureusement, la bonne époque est bien la même époque, celle où l’on voit des milliers d’ouvrages similaires sortir en librairie. Rien ne surprend, tout est tracé d’avance, les pages sentent à des kilomètres à la ronde, elles tournent, elles tournent mais on a l’impression de faire du surplace et de ne rien apprendre de neuf. La bouée de sauvetage de ce roman : la langue, l’écriture limpide. Heureusement, ça se lit bien, c’est rapide, concis, et on arrive vite au bout. Mais cette langue fuyante se heurte aux images et à l’histoire qu’elle nous créée. Caricature : l’amour impossible entre deux âges, la rupture par mail grotesque, la rencontre ultra rapide de la fin et l’édulcorée victoire. Impossible de rentrer dans cette histoire, impossible de se passionner pour une histoire réchauffée, micro-ondée. Des personnages en carton à la psychologie mince, un histoire en papier mâché qui s’effondre quand on y touche à peine. C’est ce genre de romans qu’on lit, qu’on lit, puis qu’on oublie irrémédiablement. Aussitôt fermé, aussitôt oublié. Dur d’en dire beaucoup, moi vivant dans l’époque où les textos et autres tweets nous invitent à toujours faire plus concis. Il y a des livres où nos mots s’emballent, les phrases coulent et coulent encore et on a du mal à faire peu. D’autres où l’on rature et re-rature jusqu’à écrire quelques mots, quelques bribes qui laissent entrevoir notre déception. Cette chronique sera encore la seule trace de cette lecture, seul relique d’un lointain souvenir, flou, d’une découverte littéraire peu attrayante.

Mon appréciation : 11/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :