• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    juin 2011
    L M M J V S D
    « Mai   Juil »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,172 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

Des garçons d’avenir

Des garçons d’avenir

De Nathalie Bauer

Critique dans le cadre d’un partenariat avec Libfly, la librairie Furet du Nord et les Editions Philippe Rey. Merci beaucoup !

Editeur : Philippe Rey

Nombre de pages : 441

Quatrième de couverture :

En 1915, à 22 ans, Raymond Bonnefous part à la guerre. Avec légèreté, il semble partager le sentiment de nombreux camarades : le conflit ne constitue « qu’un empêchement, un regrettable incident, un caillou qui se glisse à l’intérieur de votre chaussure et dont on se débarrasse facilement ». Etudiant en médecine, il va pourtant vivre près de quatre ans à proximité de l’enfer des tranchées, dans des postes de secours où défile l’effarant cortège de blessés et de mutilés. Avec les autres médecins (dont ses amis Morin et Declercq), souvent au péril de leur propre vie, ils vont tenter de soulager la souffrance qui afflue vers eux. Mais aussi de l’oublier… Car ces « garçons d’avenir » ont envie de vivre, d’employer leurs moments de liberté à faire du cheval, du tennis, à s’amuser à Paris, à rentrer chez eux en permission, à participer aux fêtes, à aimer aussi… Leur engagement au coeur du plus terrible des conflits ne les empêche pas de rechercher les plaisirs et l’amour avec une force juvénile, une forme d’aveuglement aussi qui leur donne à penser que rien ne les arrêtera… On s’attache à Raymond et à ses amis, on suit la singulière relation qui les unit à la fraîche et lucide Zouzou : derniers instants d’insouciance d’une génération qui essaie de prolonger un monde en train de disparaître. De cet univers d’hommes et de passion, de ce quotidien d’horreur surgissent des êtres capables de trouver néanmoins une forme de bonheur. Paradoxe qui fait de ce texte magistralement écrit, solidement documenté, un des plus beaux romans consacrés à la Grande Guerre.

Critique :

La boue. La pluie. La terre sale. Visages, mains, habits crasseux. Tranchées, gouffres, tuyaux de glaise interminables, effroyables. C’est dans ce cadre que naissent des choses improbables. Des choses fortes, inattendues. Dans l’enfer de la guerre, plus de paraître, plus de théâtre. On est seul face à nous même, face à l’ennemi, nus comme des vers. Alors, c’est là que tout ressort, l’essence, l’authentique, le fort, l’intense. Tout est décuplé, tout est plus affreux, tout est plus beau. La fraternité, l’entraide, et les mots. Ces mots que l’on écrit dans une aspérité réconfortante, ces mots que l’on écrit le soir au camp, ces mots qui sortent tout droit des entrailles, dans un élan qu’on ne peut stopper. Des mots souvent magnifiques, sincères, touchants. Tous ces souvenirs, ces seules ruines d’un enfer passé, traces d’un passé horrible, difficile. Témoignages, écrits, images. Nathalie Bauer, pour son nouveau roman, a rassemblé tous ces documents de son grand-père. C’est à son tour de transmettre. Transmettre un vécu esquissé par des souvenirs. Troublants ou magiques, ce sont les mots qui content. Des mots à la hauteur du souvenir; un roman touchant.

Début du voyage, un train. Fin du voyage, un train. Un aller simple pour la Guerre. D’instinct, on sait qu’on en ressortira changé, qu’il en ressortira changé. Raymond Bonnefous, étudiant en médecine qui part sur le front, qui s’embarque dans ce train à la destination floue. Drôle de roman, on connaît la fin de l’histoire, enfin de l’Histoire, mais pas celle de notre personnage. Il part, on sait où il va arriver, ce qui l’attend. On aurait envie de courir le long de ce quai, de crier au chef de gare d’arrêter le train et de le laisser sortir. Tirer les freins d’urgence. Spectacteur impuissant, on va assister à l’aventure de l’étudiant, on va assister à la guerre. Oui, la Grande Guerre telle qu’on la connaît, les conditions de vie insoutenables, les brisures morales et physiques, l’effondrement, les cadavres et blessés qui se succèdent aux Postes de Secours, où travaille d’arrache-pied Raymond Bonnefous. L’arrière-plan est planté et ne présage rien de bon. Et pourtant, c’est dans cette atmosphère apocalyptique que l’homme se dévoile et se découvre, découvre l’autre. Oui, car le soldat n’est pas seul. Non, loin d’être seul, ils sont des milliers dans la même galère. C’est là qu’a lieu une rencontre, des rencontres. D’abord au Poste de Secours, puis sur le front, et à l’arrière. Declerq, Morin, l’abbé Lemoine, d’autres noms qui viennent puis qui repartent et dont on ne peut, cependant, oublier les visages. Non, je ne suis pas seul dans ce combat, nous sommes tous sur le front, égaux, hommes, frères. C’est dans la galère qu’on reconnaît les amis, c’est dans la galère qu’on reconnaît l’humanité. Raymond Bonnefous panse, coud, soigne. Il voit tous ces hommes qui tombent et le vit avec eux. Alors, il y a les lettres, sorte de bouée de sauvetage dans cette mer de sang et de balles, que l’on écrit aux proches, aux familles pour leur annoncer que leur fils est mort sur le front. Seul point de contact avec le Monde de la ville, l’intime, et dont on attend la réponse chaque jour. Puis il y a les permissions. Ce retour à la vie normale, ce retour à la vie étrange, car on sait que rien n’est fini, que ce n’est qu’éphémère. Dur de profiter et de vivre réellement dans ces conditions. Et pourtant, et pourtant, encore un paradoxe de plus, c’est au cours d’une permission qu’il va faire la rencontre de Zouzou. Cette fille qui habite dans la maison du médecin qui le loge. Une amitié forte va naitre. Une amitié peu commune, qui se transforme en un amour indicible. Son visage, ineffaçable. Sa voix, inoubliable. Sa démarche, irremplaçable. Voilà de quoi tenir pour quelques mois de plus, pour survivre dans l’horreur et ne pas sombrer.

C’est délicat d’écrire un roman sur l’Histoire, la nôtre, celle écrite dans les manuels de collège et de lycée. Faut-il tout réécrire ? Transformer le malaise, renforcer le beau, ou rester objectif. Car l’Histoire est là et la nouvelle histoire peut vite disparaître, engloutie par les rouages monstrueux et violents de la guerre. Mais voilà, il y a des écrivains dont les mots, dont la langue surplombe tout, personnage, histoire, Histoire. Nathalie Bauer fait partie de ces gens-là. Une langue forte, naturelle, essentielle. Chaque mot se matérialise, sans aucun effort. Chaque mot provoque quelque chose. Et toutes ces photos qui parcourent le texte, comme pour nous rappeler que ce n’est pas qu’un roman, mais la réalité aussi. Je pense qu’elle a voulu rendre hommage à son grand-père et derrière lui, à tous ces hommes qui ont combattu, je suis persuadé qu’on n’aurait pas pu le faire d’une plus belle manière. Un très beau récit, qui n’a pu me laisser indifférent. Et c’est ça, ce que j’aime comme littérature : ces mots qui nous heurtent. Voilà un roman que je ferais lire à tous les lycéens qui planchent des années entières sur cette période, voilà un roman que j’aurais adoré lire à cette époque, où les pages glacées et froides des manuels me laissaient de marbre. La littérature permet de comprendre autrement l’Histoire, de les comprendre, et de nous comprendre : nous, les hommes, et notre passé. Merci, Nathalie Bauer; merci.

Mon appréciation : 17/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :