• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    mai 2011
    L M M J V S D
    « Avr   Juin »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,172 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

Jeux de Vilains

Jeux de Vilains

De Jonathan Kellerman

Critique dans le cadre du jury policier Seuil et Babelio. Merci beaucoup !

Editeur : Seuil

Nombre de pages : 440

Quatrième de couverture :

Pour arrondir ses fins de mois, Bob Hernandez se rend à une vente aux enchères de biens abandonnés, dans l’espoir de tomber sur un petit trésor à revendre sur eBay. En fait de trésor, quarante-deux petits os cachés au fond d’une boîte : trois mains, ou trois pattes peut-être… ? Au même moment, à l’autre bout de Los Angeles, Alex Delaware et Milo Sturgis foncent vers le Marais aux Oiseaux, un improbable morceau de verdure caché sous des ponts autoroutiers. On a retrouvé un cadavre dans l’eau : femme blanche, la vingtaine, strangulation. Et main gauche disparue, découpée avec une précision chirurgicale. La première victime d’une horrible série…  Milo, Alex et le jeune détective Moses Reed ont peu de temps, et peu d’indices.

Critique :

On connaît le topo. On connaît la chanson. C’est comme cette vieille cassette qu’on garde, nostalgique, et qu’on adore se réécouter en boucle sur le vieux poste des grands-parents, encore allergiques à la modernité. On sort toujours la même cassette, et on la sait par cœur, les paroles coulent sur notre bouche, plus rien de surprenant, juste du plaisir. Un meurtre, bizarre parfois, puis l’enquête, l’enquêteur charismatique, les suspects qui paraissent louches et ceux qui le sont moins mais qui finalement seront louches aussi, et puis le suspect qu’on voit au tout début, qu’on soupçonne d’emblée, puis qu’on oublie et qui finalement s’avère être le bon. La bande-son passe en boucle, en boucle, toujours la même chose. Oui c’est plaisant mais tout passe. Il arrive ce jour où on n’écoutera plus cette cassette, il faut de la surprise, de la nouveauté. Ressasser la même chanson lasse, indéniablement. Désolé, Jonathan, Jeux de Vilains n’était pas ce petit quelque chose qui a fait dérailler la bande noire de la cassette, ce petit quelque chose qui fait que, d’un coup, le commun ultra-connu dérape et change brusquement, marque, déroute. Non, pour moi il est rentré dans le moule de polars bien ficelés – mais je déteste les moules.

Cadre : le Marais aux Oiseaux. Un Marais spongieux en plein milieu de la ville. Victimes : 3,4, … Corps de femmes sans mains. Enquêteurs : Alex, Milo et Reed. Au début, des choses éparses, des fragments d’histoire sans lien apparent (encore un lieu commun). Le jeune Chance, lycéen rebelle, condamné à faire ses travaux d’intérêt généraux dans le Marais, sous l’oeil vigilant d’un vieil alter-mondialiste un peu timbré, (Duboff) qui reçoit un soir un appel mystérieux. Puis Bob Hernandez, qui apparaît dans l’histoire d’un coup de baguette magique – besoin d’argent, direction Ebay. Veut vendre une petite boîte achetée récemment – et découvre qu’elle contient des os. Pas d’animaux, non, ces os sont vraiment trop étranges. Puis la découverte d’un corps dans le marais, à la main découpée. Mince, serait-ce les os de … ? Oui, en fait. Lien trop vite découvert. Pas de suspense, rien d’inquiétant. On s’attend à une promenade de santé. Face à l’horreur du crime, on ne ressent rien. On connaîtrait presque le coupable. Et puis ça ne tardera pas à arriver. Les premiers suspects – une famille qui employait l’une des victimes – oui, plusieurs corps vont être découverts – en tant que professeur de piano. Des personnages troublés, bizarres. Les premières impressions seront les bonnes. Les enquêteurs sont là, décorent l’histoire. Leur histoire apparaît de temps en temps, de manière très elliptique, pour tenter de leur apporter une nuance de couleur. Mais rien n’y fait. Ils sont fades, trois hommes constamment là, qui brouillent le récit. Un personnage étoffé aurait été le bienvenu, à la place de trois personnages brouillons. Bref, on parcoure ce polar comme un vrai long fleuve tranquille. Rien n’éclabousse, tout glisse. Rien qui accroche, et rien qui plaît. Autant il n’y a rien que j’ai détesté, autant il n’y a rien que j’ai aimé, alors, comment vous dire, je suis embarrassé. Il y a une nouvelle génération de polars, mélange entre un Mary Higgins Clark et un Hunter S. Thompson. Mary Higgins Clark, ou les vieilles ficelles du polar que je copie/colle à chaque fois – Hunter S. Thompson pour la modernité plaisante – crue, violente. La prose de ce dernier en moins, bien sûr, dans les polars. Une écriture plutôt plate, simple, immédiatement compréhensible, pas de mots cachés, de mots à double sens, de paroles lâchés dans un coin de rue qui auront une importance extrême. Rien de tout cela. Juste un scénario auquel on se tient, et qu’on peut lire à l’avance, dans toutes les bonnes librairies, en prenant l’un des exemplaires de la gamme extrêmement longue. Je sais pas pourquoi, d’un coup, ce soir, cette critique, ce billet me sert de manifeste anti-polar formaté. Je ne sais pas pourquoi. Désolé, Jeux de Vilains, je ne t’en veux pas particulièrement. N’en fais pas une affaire personnelle. J’aurais du me méfier – la main sur la couverture m’annonçait déjà tout ça. Regardez le sang sur son bras, pas clair, pas net, juste une petite tâche rouge esquissée. Rien de flagrant, rien de surprenant. Les illustrations ne sont jamais là par hasard, j’en suis convaincu.

Mon appréciation : 11/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :