• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    janvier 2011
    L M M J V S D
    « Déc   Fév »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,172 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

Villa des hommes

Villa des hommes

De Denis Guedj

Critique dans le cadre d’un partenariat avec Livraddict et Points

Editeur : Points

Nombre de pages : 313

Quatrième de couverture :

En 1917, Hans Singer, vieux mathématicien de renom, entre à l’hôpital psychiatrique. Il partage sa cellule avec Matthias Dutour, un jeune soldat français, conducteur de locomotive et anarchiste convaincu. Tout les oppose, pourtant ils échangent sur leurs vies, Leurs secrets, leurs folies. Jour après jour, Les deux désespérés tissent les liens d’une improbable et indéfectible amitié.

Mon avis :

Clivage énorme entre chiffres et lettres ; combat sous-jacent, délires, confrontation d’hommes, d’intellectuels. Cela fait un bon moment que les partisans des chiffres et les partisans des lettres ne s’aiment pas, du moins, nourrissent un sentiment de rivalité. Entre les chiffres et les lettres s’est creusé un fossé énorme, béant, profond. Un fossé qu’on a du mal à franchir et pourtant. Certains hommes courageux s’y tentent, s’y aventurent, se déplacent en surplomb du trou dangereux. Denis Guedj fait partie de ces hommes-là.

L’hôpital psychiatrique. Après le voyage dans celui de Vincent Message, je redoutais ce moment, cette entrée, toujours difficile, dans un établissement de la sorte. Je redoutais que les mots soient encore superflus, distants et ne collent pas aux corps. Mes doigts hésitaient à ouvrir le livre et à tourner les pages ; que vais-je y trouver ? Finalement, mes inquiétudes se sont vites effacées. Le roman d’une chambre, la chambre 14 de la Villa des Hommes. Tout s’y passe et pourtant ne s’y passe pas. Deux hommes, deux Histoires et pourtant un seul dialogue, une seule humanité. Herr Singer, un mathématicien fameux, allemand, rentre dans cette chambre seul. En proie aux crises et aux angoisses, il tient, il s’accroche à la vie grâce aux mots, grâce à une lettre, de son père, qu’il plie, déplie et replie sans cesse. Les fissures du papier se creusent elles aussi. Puis arrive Matthias Dutour, un soldat français, conducteur de train. D’abord le silence, le vide de la chambre, les corps stoïques et immobiles. Puis des mots qui s’engagent, des hommes qui se rencontrent comme pour la première fois. Le dialogue s’embraie, se chauffe, d’abord dialogue de sourds, des conteurs d’histoires, de leurs histoires, puis des liens, des mots qui se chevauchent, des hommes qui parlent et qui écoutent. Dans la Villa des Hommes résonnent leurs voix, leurs grains de voix. Et leurs cris aussi, parfois. Un dialogue où tout se passe, où l’on se cherche et où l’on cherche l’autres ; les deux hommes survivent grâce aux mots. Puis les bouleversements, les voix des docteurs et des visiteurs les ramènent à la Vie ou à l’isolement. Un bon roman, qui cherche l’essence du verbe, de la phrase. Qui surplombe la fosse des écrits, des chiffres et des lettres, et qui parvient à tendre une corde, fragile, au-dessus de cette séparation. Mais voilà, là encore les mots sont si présents qu’ils perdent de leur valeur, des mots à foison qui font parfois oublier l’homme qui les prononce. Un bon roman, qui a su joindre deux bouts, deux partis, deux hommes si différents et si semblables pourtant. 6+6=12. Une note pour qualifier des lettres, des pages. L’ironie frappe encore.

Mon appréciation : 12/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :