• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    décembre 2010
    L M M J V S D
    « Nov   Jan »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,180 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

Les Veilleurs

Les Veilleurs

De Vincent Message

Critique dans le cadre d’un partenariat avec Blog-O-Book et Points

Editeur : Points

Nombre de pages : 760

Quatrième de couverture :

Oscar Nexus, veilleur de nuit marginal, tue trois personnes dans la rue, puis s’endort sur les cadavres. Interné dans une clinique, il affirme avoir sauvé le monde. Son médecin, Joachim Traumfreund, fait une fascinante découverte : chaque nuit, Oscar reprend le même Grand Rêve. Pour comprendre le mobile des crimes, il s’immerge dans cet univers onirique où Nexus mène une véritable vie parallèle.

Mon avis :

Pénétrer dans les rêves d’un homme. Quoi de plus fort, de plus intense. Pénétrer dans les rêves d’un homme et s’y aventurer. Comme un corps disséqué sur le brancard, les rêves dévoilés sont autant d’entailles dans la chair nue et rosée du cadavre vivant. Raconter ses rêves, c’est perdre son intimité. Son plus profond mécanisme inconscient, riche, mystérieux, ainsi révélé; sacrilège. Mais quand il s’agit de « sauver l’humanité », on ne peut se taire. On ne peut le passer sous silence, le rêve, le Grand Rêve. C’est la clé, la clé de toute l’histoire …

Il est là. Assis, ne bouge pas. Il regarde autour de lui : les hommes s’agitant, les hommes en toges hurlant, gesticulant. Ils veulent me rendre fou. Ca y est. Enfin prononcée; la peine de Mort. Nexus l’entend, ne bronche pas. Pas un seul frémissement ni raidissement. Rien. Non, Nexus, ne rentre pas dans leur jeu. Puis la clinique, l’isolement. A cause du meurtre : 3 victimes dans l’Avenue Breton; hommes et femmes. Ni prémédité, ni simple délire. Juste 3 corps, baignant dans le sang et Nexus, l’assassin, le meurtrier, dormant sur le tas humain. Ils veulent me rendre fou, ils n’y arriveront pas, Nexus, ils n’y arriveront pas. Avant que sa tête ne tombe, il faut réfléchir, fouiller, comprendre. Comprendre ce qui s’est passé, ce qui se passe, dans sa tête. Voilà le topos. T’as pas grand chose au final. Juste le dossier, quelques paperasses et puis c’est tout. Reste plus que ta tête, ta tête contre sa tête. Autant de mots à décrypter, d’évènements à traduire, que de la matière instable, volatile. Mais voilà, en même temps, c’est la dernière corde que tu lui tend, avant celle de l’échafaud. Je veux comprendre, tu veux comprendre, ils veulent comprendre. Traumfreund et Rilviero vont pénétrer dans les rêves de Nexus, se laisser emporter jusqu’où il voudra, avant la date finale. Après ce jour, tout sera fini. Plus d’espoir, plus de vie. Rien. D’abord le cadre : l’Aneph, ce grand Bateau-bâtiment, totalement chimérique, œuvre d’un fou; puis ce rêve que raconte Nexus, le rêve du Désert où il rencontre, puis agit. Des liens entre réel et irréel qui vont se faire de plus en plus visibles, juste pour aller, enfin, vers le meurtre.

Pendant tout le roman, j’avais une envie folle de crier, de déchirer les pages. Oui, de déchirer les pages. Ca n’avance pas. La parole pourtant fleurissante, est plombante; l’écriture : hermétique. Impossible, ne serait-ce qu’un instant, de me laisser envahir par l’univers clinique et onirique. Rien. Je n’ai rien ressenti durant la lecture. Trop d’attentes peut-être ? Je suis derrière cette vitre teintée, où se déroule un interrogatoire palpitant, mais moi, je n’entends rien, pas un murmure, pas un mot. Juste le grésillement du néon et le bruissement des pages. T’as beau frapper, crier, t’agiter dans tous les sens; c’est inutile. L’histoire est là, écrite noir sur blanc, et file, sans toi. Un roman qui m’a lâché, abandonné, comme un vulgaire lecteur. Du moins, une chose est sûre : je n’en rêverais pas.

Mon appréciation : 11/20

 

Publicités

4 Réponses

  1. Il y a beaucoup de bonnes idées dans ce livre, mais aussi beaucoup de longueurs, c’est vrai…

    • Je suis content que tu partages mon avis =) C’est dommage, car, comme tu dis, il y a de bonnes idées dans le roman, mais vite plombées par la longueur ! 🙂 Merci pour ton commentaire !

  2. J’espère que celui que tu lis en ce moment te plaira plus ;D !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :