• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    août 2010
    L M M J V S D
    « Juil   Sep »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,172 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

Sous le Charme de Lillian Dawes

« Sous le Charme de Lillian Dawes »

De Katherine Mosby

Critique dans le cadre d’un partenariat avec Livraddict

Editeur : Folio

Nombre de pages : 347

Quatrième de couverture :

«Il y a presque toujours dans la vie un moment clé, un point divisant le temps entre un avant et un après – un accident ou une histoire d’amour, un voyage ou peut-être un décès…»
Ainsi commence le récit que fait Gabriel, dix-sept ans, de l’été qui changea le cours de sa vie. Renvoyé du pensionnat, il s’installe à Manhattan chez son frère Spencer, qui a renoncé à la carrière diplomatique pour la bohème littéraire. Enivré par sa liberté toute neuve, Gabriel goûte aux plaisirs de la ville et croise le chemin de Lillian Dawes. Artiste ? Aventurière ? Espionne ? Cette jeune femme, indépendante et mystérieuse, est de celles qui enflamment l’imagination des hommes. Ni Spencer ni Gabriel ne sortent indemnes de cette rencontre…

Commentaires :

Femme charmante, femme aimante, femme amante, femme aimée. Lorsque deux chemins se croisent, on est d’abord surpris de découvrir l’être dont on n’espérait plus ou ne soupçonnait pas l’existence. Puis on s’y perd, on s’y accroche. Une perte heureuse, une drogue magnifique. Le visage nous hante, nous suit. On se souvient du moindre détail, la couleur de ses cheveux, ses yeux, ses lèvres, son sourire; et la manière qu’elle a de nous regarder, d’agir, ses tics, ses gestes, ses paroles. On plonge dans cette eau merveilleuse, chaque phrase devient proverbe, chaque mot étincelle. Comment expliquer cette alchimie étrange et fantastique, ce mélange étonnant et plaisant de sens, d’envies de désirs ? C’est drôle mais les discours sur l’amour paraissent toujours mielleux, clichés, imbibés de rêves et de beauté. Mais ce qui est drôle aussi, c’est que l’amour, le vécu, pas celui avec un grand A, mais le simple, le proche, ne s’en éloigne pas trop. De toute façon, on n’y comprend rien. On ne peux l’expliquer, le système complexe de neurones du cerveau n’en revient pas lui-même. La seule chose dont on est sûre, c’est qu’elle est là, réelle. Lillian. Je n’ai jamais été autant séduite par une femme d’un roman. C’est dire si la prose de Katherine Mosby vous embarque, vous entraîne dans cette quête, ce voyage sans retour. Gabriel et Spencer auront la chance de la connaître et d’en tomber amoureux. Pour le meilleur (et pour le pire.)

Son chemin donne l’impression d’être tout tracé. La mort de son père, le Pensionnat, l’arrivée chez son frère Spencer, la rencontre avec Tante Lavinia, Clayton Prather, Heather et enfin Lillian. On dirait qu’une main divine s’est posé délicatement sur son front, le guidant à travers joies et peines, jusqu’à cette femme. A la fois candide et innocent, cette rencontre va le forger. Il paraît plus mature, plus adulte. Il pense à Lillian sans arrêt, et ne veut partager son secret, de peur d’écorcher la belle image rayonnante. Mais Spencer va lui aussi emprunter ce chemin. Au cours d’un week-end intense, délicieux de surprise, de rencontres, de relations, il va, lui aussi, tomber sous le charme de la femme qui, entre ces deux êtres doux, intelligents et marginaux, décidera de se lancer. Gabriel voit qu’elle lui échappe. Mais il faut savoir être raisonnable, il n’a que 17 ans. Son frère est plus apte à la rendre heureuse, et à combler ses attentes. Mais tout ne sera pas si facile …

« Sous le charme de Lillian Dawes ». Oui, complètement. Envoûtante et enchanteuse, revenant sans cesse, déifiée, au travers du regard admiratif de Gabriel et amoureux de Spencer. Au-delà de l’histoire, c’est un discours poignant sur la naissance de l’Amour, les découvertes de la Vie. Une écriture intelligente et mélodieuse, qui esquisse, au fil des pages, à la fois ces personnages simples, si simples, si attachants, protagonistes d’une fable aux tons sépias, granuleux, comme un trésor que conserverait un Antiquaire; et cette jeune femme, vers qui tout semble converger. Un point de fuite d’un dessin réaliste et pittoresque, qu’on aimerait accrocher aux murs, à la vue de tous. Un roman que j’aimerais faire lire à tout le monde, juste pour que, eux aussi, soient « Sous le charme de Lillian Dawes ».

Mon appréciation : 18/20

Publicités

2 Réponses

  1. Bonjour,
    Juste pour te signaler que j’ai rempli la mission que tu m’avais assignée dans le cadre du challenge caprice…
    Mon avis : http://loumanolit.canalblog.com/archives/2010/08/25/18868901.html

    Merci pour cette découverte : ce n’est pas un coup de coeur mais ce fut une lecture dont je garderai longtemps le souvenir.

    • Merci Lounima d’avoir lu ce livre !Tu as ressenti presque les mêmes choses que moi à la lecture du roman et c’est un plaisir de te l’avoir fait découvert. Merci pour ton commentaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :