• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    avril 2010
    L M M J V S D
    « Mar   Mai »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,180 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

Les Hauts de Hurlevent

« Les Hauts de Hurlevent »

De Emily Brontë

-Fait partie du Challenge Livraddict

Éditeur : Le Livre de Poche

Nombre de pages : 367

Quatrième de couverture :

Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l’ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, il prépare une vengeance diabolique. Il s’approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage.
La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu’au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et frustre.

Commentaires :

Il me fallait de lire ce livre. Pourquoi ? Je n’en sais rien. Ce roman avait déjà une saveur, une empreinte avant que je ne l’ouvre. Peut-être est-ce la réputation. Ou bien simplement moi qui m’imaginais, entre deux bourrasques, que j’aillais vivre quelque chose de fort. Et c’est ce que j’ai vécu …

Un seul être peut bouleverser des vies. Un seul être peut conduire une famille dans l’abîme, dans un tourbillon de larmes et de cris. Heathcliff. Ce nom résonnera à jamais dans la tête des personnages de l’histoire. Qui aurait cru que ce petit être singulier, pauvre, et étranger, recueilli avec compassion par Mr Earnshaw, détruira, quelques années plus tard, le moindre bonheur de tous. C’est alors qu’il rencontre Catherine, la fille, et il en tombe amoureux. Il l’aime, elle l’aime. Un amour qu’on n’explique pas. Ils n’ont pourtant rien en commun. Elle est une fille éduquée, intelligente; il est un garçon grossier et sauvageon. Mais la fosse qui les sépare n’est pour eux qu’un chemin, qu’une route qu’ils empruntent ensemble, et où les autres ne sont plus que des voix, sans visages, qui ne cessent de s’interroger sur le bon sens de Catherine. Mais cette belle histoire va très vite s’assombrir. Catherine délaisse Heathcliff et épouse Edgard Linton, un jeune homme très charmant et de bonne famille. La vengeance plane sur Hurle-Vent. Et la Mort, la souffrance, et le désespoir vont désormais s’abattre sur les personnages, qui ne pourront plus, plus jamais, se consoler.

Touchant, émouvant, glacial, terrible. Le cadre : une colline où souffle le vent, qui résonne dans les plaintes des vastes demeures. Tout est glaçant, le paysage, les grandes propriétés vides, et ce vent, ce vent qui n’en finit plus. On rentre au plus profond des personnages, au plus profond de chacun. Et on assiste, impuissant, à leur lente agonie. La vie glisse, la vie s’échappe. Mais elle erst si horrible. Ces femmes vont vivre l’enfer. Qui sera leur geôlier, leur bourreau ? Leur époux. En lisant ce roman, on étouffe. Ces vastes terrains, plats, immenses, seront pires qu’une cellule et des barreaux. Une impression de liberté tout autour alors qu’on reste cloitré entre quatre murs. Mais de toute façon, pourquoi s’échapper ? Le passé les rattraperai, comme un fantôme qui vous hante. Qui martèle et déchire vos pensées, vos espoirs, vos joies. Tunnel sans issue. Cette fois-ci,  un rayon d’espoir ne filtrera plus, il est trop tard, bien trop tard. Depuis le jour où on l’a ramené à Hurlevent.

Un roman effroyable et magnifique. Si bien écrit, si profond – Tout se bouscule : on respire et on étouffe, joie, haine, tristesse. Quelques sensations qui retrouvent ici toute leur force. C’est étrange, ce roman est pour moi comme une partition de piano que j’avais joué il y a 5 ans : One Summer’s Day, de Joe Hisaishi. Tremblant, beau, prenant. Car la lecture, c’est avant tout une question de sensations. Les mots d’Emily Brontë m’ont bouleversé. Ils me restent, là, dans ma tête, comme les notes de musique qui n’arrêtent plus de vibrer sur les cordes du piano. Seuls, ils sont pauvres, maigres, mais ensemble, ils forment une mélodie, une harmonie magistrale. Cette jeune femme a réussi à composer une symphonie majestueuse, sensible, touchante, merveilleuse. Dont les feuillets noircis de phrases voleront, encore longtemps, dans mon esprit. Et dans le vôtre, bientôt, je l’espère …

Mon appréciation : 18/20

Publicités

7 Réponses

  1. je vais le lire pour une lecture commune, prévu pour fin mail!

  2. Merci de partager tes émotions avec nous !!! J’ai lu ce livre plusieurs fois, et la dernière remonte à un moment déjà… tu me donnes envie de m’y replonger… J’avais adoré, tu t’en doutes ! Un grand roman !!! merci encore !

  3. J’ai bien envie de le lire celui-la ! Il est dans ma LAL ! Merci pour ton billet !

  4. Un livre magnifique que je relirai encore

  5. Je vais aussi le lire pour une lecture commune et en voyant ton avis, ça ne peut que motiver.

  6. Merci beaucoup à tous pour vos commentaires ! Ils me touchent vraiment beaucoup …

    Un livre magnifique, dont je n’arriverai pas de sitôt à m’en séparer (et pourquoi le faire d’ailleurs ?). Je pense que vous avez passé de très beaux moments en lisant ce roman, et pour ceux qu’ils ne l’ont pas encore lu, j’espère et je suis certain qu’ils en passeront ! 🙂

  7. Comme toi j’ai découvert ce classique il y peu. Malgré quelques longueurs, j’ai beaucoup apprécié cette l’ambiance de ce roman et cette histoire d’amour contrariée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :