• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    février 2010
    L M M J V S D
    « Jan   Mar »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,180 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

Les Belles endormies

« Les Belles endormies »

Critique dans le cadre du Challenge :

Coups de Coeurs de la blogosphère

De Yasunari Kawabata

Editeur : Le Livre de Poche

Nombre de pages : 125

Quatrième de couverture :

Dans quel monde entrait le vieil Eguchi lorsqu’il franchissait le seuil des Belles Endormies ?
Ce roman, publié en 1961, décrit la quête des vieillards en mal de plaisirs. Dans une mystérieuse demeure, ils viennent passer une nuit aux côtés d’adolescentes endormies sous l’effet de puissants narcotiques.
Pour Eguchi ces nuits passées dans la chambre des voluptés lui permettront de se ressouvenir des femmes de son passé, et de se plonger dans de longues méditations. Pour atteindre, qui sait ? au seuil de la mort, à la douceur de l’enfance et au pardon de ses fautes.

Commentaires :

Les Belles endormies.

Comment commencer de plus belle manière un texte, comment commencer ce texte autrement qu’en mettant en valeur les trois mots du titres, si simples, si purs, si poétiques. Qui résonnent tout le long du roman, où l’on entre, pour quelques instants, dans la vie du vieil Eguchi. Car c’est lui qui nous emmènera dans cette maison particulière, ce petit havre de silence,

Les Belles Endormies.

Sur de fins matelas sont allongées des jeunes femmes, que l’on endort, au moyen de puissants médicaments. Et c’est à côté d’elles que viennent se coucher des hommes, passer une nuit, et repartir le lendemain avant qu’elles ne se réveillent. Elles ne connaissant rien d’eux, ils ne connaissent rien d’elles. De simples inconnus qui vont pourtant partager le même lit. Le matin, elles n’auront comme souvenir que quelques plis sur le drap, esquissant une silhouette, esquissant un être dont elles ne gardent aucune trace. Certains auront même peut-être bravé les interdits de la maison. Relation charnelle. Leurs corps garderont, peut-être, les séquelles d’une nuit si brumeuse. Mais les jeunes femmes connaissent les risques. Tous les clients n’ont pas forcément le même esprit.

Les Belles endormies.

Eguchi se rendra cinq nuits dans cette maison. Cinq soirées où l’on pénètrera dans ce petit univers intime. Cinq soirées où l’homme se retrouvera face à cinq jeunes filles, et à face à lui-même. Le bruit d’une respiration. Les long cheveux qu’il caresse. La chaleur que le corps dégage. La peau douce et sensible. Toute la pureté des corps est alors décrite. Ces jeunes femmes, pures et vierges de la violence du Monde : Eguchi les contemple. Les ressent. Ces femmes qui s’offrent aux vieux hommes, il les admire. Mais se sent si faible, si misérable. Réduit à dormir auprès de filles, de femmes qui ne peuvent réagir. Qui ne disent rien. Et ne font qu’être.

Les Belles endormies.

Le vieillard se remémorera sa vie passée, si lointaine. Ses relations avec les femmes, ses moments heureux. Son existence n’est plus qu’un ancien film, où les décors et les acteurs semblent d’un autre temps. Il sera tenté, lui aussi, de braver les interdits. Sans mauvaises intentions, mais juste pour se sentir vivre, se sentir être. Sans jamais le faire Juste contempler.

Les Belles endormies.

Érotisme poétique. Huis-clos jamais étouffant. Un roman apaisant, d’une grâce et d’une beauté extrême. Qu’on ne peut oublier. Mais je ne pourrais continuer à en parler. Peur d’écorcher les pages de mes mots maladroits. Une seule chose pourrait prétendre à égaler la beauté de l’œuvre de Kawabata : le silence –

Mon appréciation : 20/20 (les notes me paraissent si futiles à présent)

Publicités

5 Réponses

  1. Merci pour ce titre. J’ai tres envie de le lire.

  2. Fabuleux billet, bravo ! Je ne peux pas résister, je le note ! Ce ne sera certainement pas pour le challenge (j’en ai pris bien trop) mais pour l’année prochaine !

  3. Merci d’avoir lu ce titre que j’avais proposé ! C’est un magnifique roman et tu me donnes envie de le relire… 🙂

  4. Merci Choco 😉 C’est un livre à relire et relire pour le redécouvrir …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :