• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    janvier 2010
    L M M J V S D
    « Déc   Fév »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,180 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

Fablehaven

« Fablehaven »

Critique dans le cadre d’un partenariat sur le site Livraddict

De Brandon Mull

Editeur : Nathan

Nombre de pages : 341

Quatrième de couverture :

Depuis des siècles, les créatures fantastiques les plus extraordinaires se cachent dans un refuge secret, à l’abri du monde moderne. Ce sanctuaire s’appelle Fablehaven. Kendra et Seth ignorent tout de ce lieu magique, dont leur grand-père est pourtant le gardien. Un jour, ils découvrent l’incroyable vérité : la forêt qui les entoure est peuplée d’êtres fabuleux – fées, géants, sorcières, monstres, ogres, satyres, naïades… Aujourd’hui, l’avenir de Fablehaven est menacé par l’avènement de puissances maléfiques. Ainsi commence le combat des deux enfants contre le mal, pour protéger Fablehaven de la destruction, sauver leur famille… et rester en vie.

Commentaires :

« Qui entre ici en ressortira changé à jamais ». Ces trente-six lettres en relief, gravées sur la porte amovible du magnifique coffret nous invitent à voyager, découvrir. Quoi de plus tentant que la métamorphose ? Dès le départ, le ton est donné. Si on y entre, on en ressort évidemment, mais différent. Boulversé, aliené. Comment peux-t-on, dès lors, rester sur le seuil de la porte, du Monde qui s’offre à nous. Impossible. On vous ouvre un chemin, on vous tente et on attend. Autant dire qu’on est forcé. Forcé d’y aller, de s’y rendre, comme Kendra et Seth, les deux jeunes enfants du livre, mais aussi forcé d’y vivre, pendant un certain temps – le temps de la lecture – et d’y ressentir le moindre geste, la moindre secousse. D’un univers dont on a tout à découvrir.

L’arrivée nous met en confiance. Les deux enfants roulent lentement vers un lieu inconnu. Ils débarquent, larguent les amarres dans une zone si lointaine alors que leurs parents les quittent. Pour deux semaines, certes, mais qui paraissent si longues. D’autant plus que leur hôte est un parfait étranger. C’est Grand-Père Sorenson. Un nom qui ne nous dit rien du tout. Un nom qui ne leur dit rien du tout, si ce n’est que sa silhouette est apparue, jadis, à un enterrement, où sa visite fut remarquable de brièveté. Lâchés, donc, livrés à eux-mêmes, les enfants vont devoir se débrouiller seuls. Leur terrain de jeu : un grenier rempli de jouets semblant venir d’un autre temps. Dans une maison située sur un environnement magnifique : jardins gigantesques, forêts, clairières. Mais qui leur est interdit. A part la piscine et les quelques zones d’herbe, leurs pieds n’ont pas le droit de fouler ces immenses terres, si tentantes, attirantes. Apparemment, il s’y cache quelque chose.  Quelque chose qui ne tourne pas rond. Car ce petit séjour ne tarde pas à apporter aux quatre yeux candides de l’étrange, de l’inhabituel. Des papillons narcissiques, un trousseau de clés remis mystérieusement, un poule domestique. Autant d’éléments qui prédestinent les jeunes âmes à vivre deux semaines extraordinaires. Dans toute l’ampleur du terme. Car jamais un monde si commun n’a abrité autant d’illusions, de magie en son coeur. Les fées, les satyres, l’ogresse, les naïades, les brownies, la vache gigantesque, les mutards, Nero le troll, Hugo le golem, Muriel la sorcière. Plus on en découvre, plus on prend conscience de la richesse de l’univers. Tout arrive d’un coup. On est débordé, envahi. Mais on découvre encore et encore. Plus de créatures fantastiques, plus de desseins maléfiques, toujours plus de rebondissements. Une découverte humaine aussi. Les personnages s’étoffent, se construisent, apprenent de leurs erreurs; et cet homme, si distant, est en fait un grand-père attentionné. Notre aventure se termine sur des apothéoses : une nuit sombre et une journée angoissante. Où la sorcière révèlera son esprit malsain. Sorcière jadis ligotée à sa triste demeure, par des cordes et des nœuds magiques, qu’elle invitait à dénouer, pour retrouver sa liberté . Ce sont ces liens qui nous attachent, nous emprisonnent au livre envoûtant, on ne lâche plus. Mais ceux-là, on ne tentera personne à les défaire. Surtout pas.

Mon appréciation : 18/20

Publicités

9 Réponses

  1. Quel magnifique avis sur ce livre envoûtant 🙂

  2. Oh je suis contente que tu l’ais aimé aussi 😀

  3. il est dans ma PAL. a voir tous ces avis élogieux, je ne peux que passer un bon moment !

  4. Tout comme toi (et Heclea, et… bah quasiment tout le monde), ça a vraiment été un coup de coeur. Ce partenariat est un vrai succès!!!
    J’ai hâte de lire la suite, qui est en cours vers ma boîte aux lettres! 🙂

  5. Merci beaucoup à tous les quatre, ces commentaires me font vraiment plaisir !! 🙂

    Nous avons tous adoré – et attendons impatiemment la suite (qui sort le 4 févrirer). Dévore-le Anneso !

    Merci encore !!

  6. Je découvre le blog et j’avoue que cette lecture est très tentante, encore plus après lecture de ce joli billet.

  7. Merci lilibook 🙂 Je suis heureux de t’avoir donne envie de le lire !

  8. Très beau billet. J’ai également adoré Fablehaven. Après avoir refermé le livre, je me suis empressée d’aller pré-commander le tome 2. Une très belle découverte!

  9. Une très belle découverte, effectivement ! 🙂

    Merci pour ton commentaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :