• Catégories

  • Rubriques

  • Archives

    décembre 2009
    L M M J V S D
    « Juil   Jan »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Articles publiés

  • Blog Stats

    • 7,172 hits
  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 4 autres abonnés

Les Maximonstres – L’île aux monstres

« Les Maximonstres »

Critique dans le cadre d’un partenariat sur le site Livraddict

De Dave Eggers

Editeur : Au Diable Vauvert

Nombre de pages : 327

Résumé de l’éditeur :

Qui est Max ? Et qu’est-ce qu’un maximonstre ? A-t-on le droit de manger la tête de quelqu’un ? Non ? Même quand elle tombe par terre ? Alors quand ?

Commentaires :

Je me suis plongé dans ce livre, au début, comme on replonge en enfance. Curiosité, impatience. Je voulais découvrir l’histoire qu’il contenait. Rentrer dans un univers nouveau, lointain. La lecture d’un livre « jeunesse » n’est pas chose facile. Il faut savoir se métamorphoser, réduire sa taille. Pour apprécier totalement l’invitation au rêve.

On y rencontre Max. Un jeune garçon qui adore son costume de loup, jouer avec son chien, lancer des boules de neiges sur les copains de sa soeur. Un enfant, dans toute l’ampleur du terme. Assez attachant il faut dire. Mais sa candeur se retrouve bien vite confronté à la vie, aux souffrances. A sa sœur, envers qui il nourrit une haine profonde, de par son rejet, son indifférence, son désintérêt. « Elle me laisserait mourir ». A sa mère, qui bien vite a du partager son amour avec Gary, le beau-père de Max. L’intrus, la goutte d’eau qui fait déborder le vase…. Le divorce de ses parents : traumatisme latent. Une douleur qui, masquée par les excès de rage, fait du mal aux autres et à l’enfant lui-même. C’est de cet univers oppressant qu’il s’arrachera, un soir. Une fugue, dirait-on. Ou plutôt un voyage. C’est sur une barque que Max navigue. L’horizon s’éloigne. Les lumières s’éteignent au loin. Il frissonne. Avant qu’il n’accoste sur l’île aux monstres. Aventure ou catabase ? Univers déroutant. Monstres chimériques. Récit initiatique. Face aux autres, à la vie, il apprendra à se forger, se construire. D’un coup, Max se retrouve propulsé du statut d’enfant à roi, adulte. Avec des responsabilités. Le moindre échec ne passe pas inaperçu. Les conflits montent. On arrache un bras, on se croque. Il prendra peu à peu conscience. De quoi ? De tout.

Si j’avais eu 10 ans, j’aurais aimé le livre. Aimé les monstres. La guerre de boue. La parade. Le chien. Le taureau. L’écriture est limpide, précise, belle. Et une certaine poésie. Profondeur assez rare dans les livres jeunesse.

Mais ce monde m’a dérangé. J’avais l’impression de lire le récit d’un monde tranchant, aiguisé. Ces grandes chimères, ces grandes peluches portent peut-être un masque. Pour cacher quelque chose d’horrible. Ambiance sombre tout de même : les voix de la terre, les violences. Métaphore d’un chose trop proche ? D’un univers familier ? Aucune idée. Je sais juste qu’un grain de sable entravait constamment mon immersion. Qui provenait de cet île on ne peut plus singulière.

Au final,  Indécis. J’ai aimé. Je l’ai trouvé dérangeant. Impossibilité d’expliquer ce brouillard. Beau et sombre. Ensemble joli et déstabilisant . Oxymores improbables. Réaction déroutante. Cette critique est à l’image de mon ressenti : déstructurée, désorganisée, étrange. En tout cas, ce roman a suscité un quelque chose que je ne connaissais pas. Et peut-être est-ce là la qualité d’un bon livre ? Libre à chacun de voir en cette île une utopie ou monde cruel. Au sortir de l’oeuvre, je suis sur la barque. Entre deux mondes, deux avis, qui sont peut-être plus proches qu’on ne le pense…

Mon appréciation : 15/20

Publicités

6 Réponses

  1. Je n’ai pas tout à fait fini ce roman, que je lis à haute voix avec ma fille de 8 ans (ce qui explique que nous y passions du temps!) . J’ai quitté le monde de l’enfance il y a bien longtemps mais cette histoire est un pur moment de bonheur pour moi. Je la trouve émouvante et drôle. Ce monde qui t’a dérangé, c’est celui de la violence instinctive qu’il faut combattre pour vivre en société; c’est donc normal que cela dérange. Ma fille de 8 ans aime autant que moi. Et je recommande chaudement le film (billet sur mon blog aujourd’hui). Max vit un parcours initiatique dans lequel il comprend peu à peu le rôle essentiel de sa maman comme ciment familial.

    • Je crois, c’est vrai, que c’est cette violence qui m’a dérangé, car sa présence m’a surpris. Mais elle a bien sa place dans cette histoire, et c’est même un élément cléf.
      En tout cas, Merci pour ton très beau commentaire.

  2. J’ai beaucoup aimé ton billet. Je n’ai pas été dérangée par la violence en sourdine du monde onirique de L’île aux monstres, sans doute parce qu’en côtoyant 6h/j 4 fois par semaine de très jeunes enfants, je sais que derrière les jeux d’imitations attend, prête à jaillir, une relative violence….cette sève encore indomptée par la socialisation. Elle est nécessaire, il faut qu’elle s’exprime ne serait-ce que pour expliquer pourquoi on ne doit pas agir de manière outrancière.
    Le monde de l’enfance a de sombres beautés, envoûtantes et parfois inquiétantes. Ces chimères se domptent peu à peu et aident à grandir et s’émanciper.

    • Je suis entièrement d’accord avec toi. Le monde de l’enfance recèle d’inexploré, à la fois beau et inquiétant, qu’on apprend à découvrir et à appréhender, peu à peu.
      Merci beaucoup pour ton commentaire Katell 🙂

  3. i have been following this blog for some time now, good job by the way

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :